A VOS AGENDAS


Vendredi 1er juin 2018

Conseil d'Administration


Jeudi 21 juin 2018

4e rencontres oncologiques

Asiem - 6 rue Albert de Lapparent - 75007 Paris

20h45


20 et 21 octobre 2018

Congrès des Pharmaciens

Strasbourg

 

 

 

LE MOT DU PRÉSIDENT

Alain Guilleminot

Alain GUILLEMINOT


L'UTIP a, pourrait-on dire, dans son ADN, la vocation d'accompagner le pharmacien d'officine dans l'évolution de son métier.

Cette année encore, c'est près de 200 réunions qui se sont déroulées sur tout le territoire, rassemblant plus de 10000 pharmaciens titulaires, adjoints et équipes officinales : Les sujets abordés allant des pathologies les plus courantes aux traitements complexes en cancérologie.

Demain un nouveau métier.

J'en veux pour preuve les thèmes que nous avons choisi pour les formations des trois derniers congrès des pharmaciens : vaccination , conciliation médicamenteuse et cette année les thérapies ciblées.

Sur tous ces sujets, le pharmacien d'officine, j'en suis persuadé, a un rôle éminent à jouer dans le suivi et l'accompagnement des patients.

Le Bilan de médication retenu dans la convention nationale est pour l' UTIP un événement majeur, en ce qu'il constitue finalement la base de tous nos entretiens actuels et futurs.

Bien évidemment pour remplir cette nouvelle mission et l'insérer dans notre exercice officinal quotidien, l' UTIP sera présent pour vous proposer un enseignement post universitaire qui vous permette d'intégrer ces nouveaux services dans le cadre contraint de l'organisation de votre officine.

L'UTIP en tous les cas saura être à vos côtés pour promouvoir le pharmacien d'officine, Professionnel de santé de proximité quelle que soit son implantation et quel que soit son niveau d'activité.

NSP : “des drogues dures qui nous arrivent en douce grâce au web”

Souligne le docteur Patrick Mura lors de la séance thématique de l’Académie nationale de pharmacie qui s’est tenue le 11  avril dernier sur le thème “Nouvelles substances psychoactives (NSP) et toxicomagènes”. De 13 en 2005, le nombre des NSP est passé à 628 en 2016. On identifie notamment des cannabinoïdes de synthèse, des phényléthylamines, des cathinones ainsi que des opioïdes de synthèse (dont 18 dérivés du fentanyl).
Ces substances, plus addictogènes que les drogues illicites dites traditionnelles, exercent principalement des effets stimulants sur le système nerveux central ou/et euphorisants ou/et hallucinogènes. Elles peuvent être à l'origine de défenestrations ou d'automutilations, consécutives aux hallucinations, voire d'infarctus du myocarde ou d'accidents vasculaires cérébraux. Suite aux nombreux cas mortels consécutifs à la consommation de certaines NSP, l'OEDT exerce une surveillance renforcée depuis 2014 pour sept substances et pour la première fois pour un cannabinoïde de synthèse (depuis juillet 2016), le MDMB-CHMICA (28 intoxications sur une courte période).
En 2017, l’Observatoire européen des drogues et des toxicomanies (OEDT) et l’Office européen de police (Europol) ont publié des données alarmantes concernant le furanylfentanyl (23 décès), quatre cannabinoïdes et deux dérivés du fentanyl, à l’origine de 108 décès.
On constate une demande accrue de la part de consommateurs à la recherche de sensations toujours plus fortes auxquels répondent des chimistes criminels. Grâce à Internet et à son cybermarché noir, il est désormais possible d’acquérir très facilement et sans risque physique, ni pénal, des NSP.
En savoir plus : http://www.acadpharm.org/

  Retour à l'accueil