A VOS AGENDAS


Jeudi 10 janvier 2019

Bureau National Elargi

 

 Les 9, 10, 11 février 2019

12es Rencontres de l'Officine

Paris, Palais des Congrès


Les 30 et 31 mars 2019

Pharmagora

Paris, Porte de Versailles

 

 

 

LE MOT DU PRÉSIDENT

Alain Guilleminot

Alain GUILLEMINOT

 

L'UTIP accompagne les officinaux pour les aider à délivrer des messages de prévention auprès des patients

 

La prévention est intimement liée au suivi et à l'accompagnement des patients. Nos cycles de formations sur le bilan partagé de médication comprennent des thèmes (tels que l'observance ou la iatrogénie) qui se prêtent tout particulièrement au déploiement de la prévention. Durant ces formations, nous apprenons au pharmacien à délivrer des messages clairs aux patients sur le suivi de leurs traitements. Quelques informations clés fournis par l'officinal lors des bilans de médication peuvent aider le patient à prévenir la iatrogénie médicamenteuse ou les problèmes d'observance.

 

L'entretien motivationnel est une démarche entreprise par le pharmacien pour amener le patient, de façon naturelle, à prendre les bonnes décisions concernant sa pathologie (par exemple : pour amener une personne asthmatique à arrêter de fumer). Plus le pharmacien se forme, plus il est à l'aise pour mener les entretiens motivationnels. Il acquiert ainsi les bons réflexes pour parler de prévention santé auprès de sa patientèle.


 

Cancer du sein métastatique

Utilisation croissante des traitements anticancéreux oraux dispensés en officine. Les laboratoires Lilly ont réalisé, avec le soutien de l’association de patientes EUROPA DONNA, une étude (enquête BVA) « Comment mieux accompagner le virage ambulatoire dans le cadre du cancer du sein métastatique » auprès des patientes et des pharmaciens de ville. Une large majorité (82%) des patientes atteintes d’un cancer du sein métastatique estiment avoir eu suffisamment d’informations au moment du diagnostic, aussi bien sur la maladie que sur sa prise en charge. La plupart des patientes expriment un ressenti très positif vis-à-vis de leur traitement à domicile. 17% considèrent cependant que leur maladie est perçue comme moins sérieuse, 12% peuvent avoir des difficultés à contacter leurs professionnels de santé et la même proportion exprime avoir plus facilement une baisse de motivation. 

De leur côté, les pharmaciens considèrent avoir un rôle essentiel de conseil sur les modalités de prise du traitement (96%). Les officinaux estiment aussi avoir un rôle clé pour améliorer l’observance et la qualité de vie des patientes atteintes de cancer du sein métastatique (94%). 98% des patientes ont confiance en leur pharmacien de ville. 88% se disent à l’aise pour évoquer leur maladie et les traitements avec lui alors que les pharmaciens se déclarent sereins pour aborder ces sujets avec elles.
L’UTIP rappelle à ce sujet que des stages présentiels validant DPC, portant sur le cancer du sein, sont mis en place par UTIP Innovations pour accompagner les équipes officinales dans l’évolution de leurs pratiques. www.utipinnovations.fr

.

.

  Retour à l'accueil