A VOS AGENDAS


Le 12 septembre 2019

Bureau National 

Fin septembre - début octobre

la rentrée de l'UTIP

"macro et micro nutrition"

 

 

 

LE MOT DU PRÉSIDENT

Alain Guilleminot

Alain GUILLEMINOT

 

L'UTIP accompagne les officinaux pour les aider à délivrer des messages de prévention auprès des patients

 

La prévention est intimement liée au suivi et à l'accompagnement des patients. Nos cycles de formations sur le bilan partagé de médication comprennent des thèmes (tels que l'observance ou la iatrogénie) qui se prêtent tout particulièrement au déploiement de la prévention. Durant ces formations, nous apprenons au pharmacien à délivrer des messages clairs aux patients sur le suivi de leurs traitements. Quelques informations clés fournis par l'officinal lors des bilans de médication peuvent aider le patient à prévenir la iatrogénie médicamenteuse ou les problèmes d'observance.

 

L'entretien motivationnel est une démarche entreprise par le pharmacien pour amener le patient, de façon naturelle, à prendre les bonnes décisions concernant sa pathologie (par exemple : pour amener une personne asthmatique à arrêter de fumer). Plus le pharmacien se forme, plus il est à l'aise pour mener les entretiens motivationnels. Il acquiert ainsi les bons réflexes pour parler de prévention santé auprès de sa patientèle.


 

Arrêt de commercialisation d’Immucyst® 81 mg (souche Connaught) fin juillet 2019

L’ANSM rappelle que les boîtes d’Immucyst® encore disponibles dans les pharmacies peuvent être utilisées jusqu’à péremption et épuisement des stocks. Le BCG® Medac (souche RIVM) constitue une alternative pour les patients en France. Il est disponible en quantité suffisante pour permettre la prise en charge des patients souffrant d’un cancer de la vessie. Une autre spécialité est également importée du Canada de manière transitoire : Oncotice® (souche Tice). Ces spécialités sont uniquement délivrées dans les pharmacies hospitalières pour tous les patients, hospitalisés ou non (rétrocession pour les patients ambulatoires).
Rappel aux professionnels de santé
- La durée de prescription de la BCG thérapie établie dans les recommandations publiées en 2018 n’est pas modifiée.
- Le traitement d’entretien des patients qui ont été traités en induction et ayant commencé leur traitement d’entretien par BCG avec l’Immucyst® peut être poursuivi en utilisant une autre souche. Le plus important est le respect de la durée de traitement recommandée.
- Les patients qui doivent débuter une BCG thérapie peuvent le faire avec l’une ou l’autre des souches disponibles mais ne doivent pas en changer durant les 6 premières instillations. Le traitement d’entretien pourra, en revanche, être fait en changeant de souche. La programmation des 6 instillations hebdomadaires du traitement d’induction fait l’objet d’une commande d’un lot par la pharmacie hospitalière. La même souche sera ainsi utilisée pour tout le traitement d’induction.
L’ANSM rappelle que des BCGites peuvent survenir avec les BCG thérapies. L’attention des praticiens est attirée sur le fait que les modalités de reconstitution de BCG® Medac diffèrent de celles d’Immucyst®. Les professionnels doivent être attentifs aux modalités de reconstitution des produits, et à la pose du cathéter lors de l’administration. Une instillation traumatique augmente probablement le risque d’infection disséminée.

l’ANSM rappelle que les boîtes d’Immucyst® encore disponibles dans les pharmacies peuvent être utilisées jusqu’à péremption et épuisement des stocks. Le BCG® Medac (souche RIVM) constitue une alternative pour les patients en France. Il est disponible en quantité suffisante pour permettre la prise en charge des patients souffrant d’un cancer de la vessie. Une autre spécialité est également importée du Canada de manière transitoire : Oncotice® (souche Tice). Ces spécialités sont uniquement délivrées dans les pharmacies hospitalières pour tous les patients, hospitalisés ou non (rétrocession pour les patients ambulatoires).Rappel aux professionnels de santé-La durée de prescription  de la BCG thérapie établie dans les recommandations publiées en 2018 n’est pas modifiée. -Le traitement d’entretien des patients qui ont été traités en induction et ayant commencé leur traitement d’entretien par BCG avec l’Immucyst®  peut être poursuivi en utilisant une autre souche. Le plus important est le respect de la durée de traitement recommandée. -Les patients qui doivent débuter une BCG thérapie  peuvent le faire avec l’une ou l’autre des souches disponibles mais ne doivent pas en changer durant les 6 premières instillations. Le traitement d’entretien pourra, en revanche, être fait en changeant de souche. La programmation des 6 instillations hebdomadaires du traitement d’induction fait l’objet d’une commande d’un lot par la pharmacie hospitalière. La même souche sera ainsi utilisée pour tout le traitement d’induction. L’ANSM rappelle que des BCGites peuvent survenir avec les BCG thérapies. L’attention des praticiens est attirée sur le fait que les modalités de reconstitution de BCG® Medac diffèrent de celles d’Immucyst®. Les professionnels doivent être attentifs aux modalités de reconstitution des produits, et à la pose du cathéter lors de l’administration. Une instillation traumatique augmente probablement le risque d’infection disséminée.

 
  Retour à l'accueil