A VOS AGENDAS


Le 17 décembre 2019

Assemblée Générale Extraordinaire

 

 

 

LE MOT DU PRÉSIDENT

Alain Guilleminot

Alain GUILLEMINOT

 

L'UTIP accompagne les officinaux pour les aider à délivrer des messages de prévention auprès des patients

 

La prévention est intimement liée au suivi et à l'accompagnement des patients. Nos cycles de formations sur le bilan partagé de médication comprennent des thèmes (tels que l'observance ou la iatrogénie) qui se prêtent tout particulièrement au déploiement de la prévention. Durant ces formations, nous apprenons au pharmacien à délivrer des messages clairs aux patients sur le suivi de leurs traitements. Quelques informations clés fournis par l'officinal lors des bilans de médication peuvent aider le patient à prévenir la iatrogénie médicamenteuse ou les problèmes d'observance.

 

L'entretien motivationnel est une démarche entreprise par le pharmacien pour amener le patient, de façon naturelle, à prendre les bonnes décisions concernant sa pathologie (par exemple : pour amener une personne asthmatique à arrêter de fumer). Plus le pharmacien se forme, plus il est à l'aise pour mener les entretiens motivationnels. Il acquiert ainsi les bons réflexes pour parler de prévention santé auprès de sa patientèle.


 

Méthadone

L'ANSM rappelle les risques d’overdose et de décès qui lui sont liés et l’intérêt pour les patients et leur entourage de disposer sur eux d’un kit de naloxone prête à l’emploi, antidote des overdoses aux opioïdes, disponible avec ou sans ordonnance en pharmacie ou en centres de soins spécialisés (CSAPA, CAARUD).

Mémo
La méthadone, traitement de la dépendance aux opioïdes fait l’objet d’une surveillance renforcée par l’ANSM et son réseau d’addictovigilance depuis plus de 10 ans. Le dernier bilan montre qu’elle est, depuis plusieurs années, la première substance impliquée dans les décès chez les usagers de drogues et que son usage détourné augmente (injection, obtention illégale, consommation en milieu festif, de manière occasionnelle, par des sujets naïfs aux opioïdes, et parfois par des sujets mineurs, …).
Les professionnels de santé prenant en charge les usagers de drogues doivent s’assurer que les patients, les usagers et leur entourage, connaissent les risques d’overdose et de décès liés à la méthadone. Ce risque est plus important chez un sujet ne consommant pas ou peu d’opioïdes (dose létale 1 mg/kg), à l’initiation du traitement, après un arrêt même court ou une diminution des doses (sortie de prison, sortie de sevrage). Il convient aussi de rappeler que la méthadone ne doit pas être consommée avec d’autres substances telles que l’alcool, l’héroïne, d’autres opioïdes, la cocaïne, des anxiolytiques ou la prégabaline.

  Retour à l'accueil